LA TURQUIE ET LE CHANTAGE A L’EUROPE !

Le Roi Abdullah de Jordanie le 13 janvier dernier a rencontré des membres (top level senior politicians), du Congrès des USA et a expliqué son point de vue sur les activités douteuses de la Turquie dans la région. Un article de David Hearst du 25/03/16 dans middleeaseye.net en a rendu compte.
Quels sont, pour l’essentiel, les faits marquant soulignés par le Roi en janvier dernier:

1 L’émigration massive vers l’EU est un acte politique incité par les turcs lié à l’intervention russe en Syrie;
2 La présence de terroristes avérés parmi les émigrants fait partie du projet turc ;
3 Il confirme sans hésitation (absolutely), que la Turquie achète de l’huile à DAECH ;
4 R. T . Erdogan pense que l’islamisme radical dans la région est la solution et aide les groupes religieux en Syrie tout comme en Libye et en Somalie.

Depuis cette rencontre les points soulignés par le Roi ont été confirmés. Actuellement, force est de constater que des centaines d’universitaires sont harcelés, voire licenciés, pour avoir signé une pétition; 1845 personnes sont en cours d’accusation pour « insultes au chef de l’Etat », qui exige aussi des poursuites (acceptées par Mme Merkel), contre un humoriste allemand; 32 journalistes sont incarcérés, tout comme des avocats… Les Kurdes sont massacrés, 59 villes sont soumises au couvre feu. Erdogan est en pleine mégalomanie anti démocratique et rêve d’un pouvoir autocratique absolu, dans la lignée des sultans, qui a d’ailleurs fait l’objet d’un vote au Parlement européen le 14/04/16 dénonçant entre autres « l’escalade de la violence dans sud-est ».

En ce qui concerne les réfugiés qui ont pris la route de l’EU toute personne connaissant un peu la Turquie sait que la police est omniprésente. Les embarquements dits clandestins des réfugiés pour quitter le pays, sans papiers, vers la Grèce et l’Europe lui sont obligatoirement connus, ils sont organisés et chaque intervenant dans la filière y trouve un intérêt financier (police, passeurs, commerçants…).
Le trafic pétroliers avec DAESH est avéré, tout comme les trafics d’armes avec la Syrie et la circulation des combattants islamistes.
Comment se fait-il que Mr Erdogan ait pu prévoir, bien avant les attentats en France et en Belgique, que nous allions en pleurer? Cette prévision était plus proche d’une menace que d’un avertissement…
La naïveté européenne est consternante. Le chantage exercé par Ankara a eu pour effet immédiat, sans aucune mesure de contrôle, d’attribuer 6 milliards à la Turquie, d’accepter de supprimer les visas pour les turcs d’ici fin juin, de réouvrir les discussions pour son entrée dans l’EU. Pour mémoire il faut se souvenir que la Turquie, nationaliste et raciste, encourage ses ressortissants à prendre la nationalité du pays d’accueil « vous êtes nos ambassadeurs », à être candidats aux élections, mais surtout pas à s’y intégrer. L’intégration étant qualifiée par Erdogan de « génocide culturel ». Cette procédure est tout simplement de l’entrisme pour imposer, entre autres, la politique négationniste d’Ankara à l’égard du génocide des Arméniens. Il va répétant que la Turquie c’est « une religion, une langue, une nation » le programme nationaliste est clair!

Allons nous accueillir une Turquie qui n’a pas reconnu le génocide des Arméniens, bien au contraire, en guerre contre ses opposants et en pleine dérive fasciste?

Le bouquet final est constitué par le cliché de Mr Erdogan et de Mme Merkel sur la couverture de la dernière livraison des NAM (n° 228, avril 2016).
Comment ne pas voir le regard d’une amoureuse?

En politique il n’est pourtant question que d’intérêts, ce que les turcs, eux, n’ont pas oublié!

Professeur G. SIRKEGI
16 avril 2016