GENOCIDE DES ARMENIENS: C’ETAIT IL Y A 101 ANS

Voici 101 ans débutait le Génocide des Arméniens, 1 500 000 morts dans des conditions épouvantables parfaitement planifiées avec la complicité, passive ou active selon les cas, des officiers allemands encadrant l’armée ottomane.

Cette année non plus le Président Obama n’a pas utilisé le mot dans son discours commémoratif. Il est bien différent du Sénateur et du candidat qui défendaient, avec détermination et passion la reconnaissance du Génocide des Arméniens. Il déclarait alors « le Génocide des Arméniens n’est pas une allégation … mais plutôt un fait largement documenté ». Il précisait, en campagne présidentielle: « comme président je reconnaitrai le Génocide des Arméniens ». Son existence est une évidence il suffit de comparer le déroulement des faits avec la définition légale du mot créé par R. Lemkin précisément guidé par des faits historiquement établis.
Le Président Obama viole donc ses promesses, une fois de plus. Certes il emploi l’expression arménienne « Metz Yeghern », mais c’est pure hypocrisie, c’est le triomphe du silence et de la complicité avec le néo sultan Erdogan. C’est une forme de négationnisme de la part de celui qui serait un champion des droits de l’Homme titulaire du prix Nobel de la Paix!
Il aurait pu achever son second mandat dans l’honneur et justifier son prix sur lequel il n’est pas interdit de s’interroger quand on voit le chaos qui règne au Moyen Orient, qui se vide de ses habitants… N’est-il pas paradoxal que les USA ont déclaré récemment que ISIS était coupable de génocide à l’égard des Yezidis? Certes, par chance ils n’ont pas été exterminés comme les Arméniens.
Alors, ces derniers, de quoi ont-ils été victimes?
Un travail récent de l’Université du Minnesota (Centre pour l’étude des Holocaustes et Génocides) montre que la population arménienne était de 2 133 190 dans l’Empire en 1914 et qu’elle n’était plus que d’environ 387 000 en 1922.
Que c’est-il donc passé? Dites le nous MM Obama et Erdogan!
Nos espoirs sont déçus et nous pouvons qu’être méprisants envers qui nous méprisent, seul Ronald Reagan l’avait clairement mentionné le 22 avril 1981, mais peu de médias le rappellent pourquoi? Ignorance ou volonté délibérée?

En regard avec cette lâcheté ordinaire nous devons saluer un homme d’un grand courage qui appartient, c’est lui qui le dit, aux « Restes de l’épée », expression turque et formule terrible (voir § livres sur le site). Il est député élu du HDP (Parti Démocratique du Peuple), c’est GARO PAYLAN qui n’hésite pas à employer des mots justes à l’Assemblée Nationale turque. Il a rappelé devant cette assemblée le 21 avril 2016 que les 13 députés arméniens membres de l’Assemblée Générale ottomane furent massacrés le 24 avril 1915. Il a lu leurs noms et présenté leurs photographies.

Quelle était la situation à l’époque?
Sachant que, à l’époque ottomane, les minorités étaient reconnues et représentées sous forme de « Millet », concept traduisible par Nation, sans territoire spécifique mais intégrées à l’Empire. Chaque millet avait sa spécificité religieuse et linguistique, utilisait sa langue maternelle mais aussi la langue turque (osmanli) dans laquelle il était éduqué. GARO PAYLAN nous rappelle que dans la population de l’époque 1/5 était composé des Arméniens, les 2/5 étaient Arméniens, Grecs, Syriaques et Juifs. Si nous supposons une population actuelle d’origine arménienne de 60 000 sur 75 millions la proportion est désormais de 1/1250, sensiblement différente de 1/5! Où sont-ils passés?

Il y a eu des élections libres et démocratiques de députés en 1908 dont le but était d’établir une société sur les même bases que notre république. « Le principe était de vivre ensemble avec le même droits dans une patrie unie (ortak vatan), les problèmes spécifiques étaient débattus dans l’assemblée par les députés élus».
« Ce n’était pas le désir seulement des députés arméniens mais de tous les peuples, c’était une démocratie élargie comme celle que possède l’EU actuellement » .
Les personnes qui parlent turc peuvent se référer aux déclarations originales publiées ici:

Je crois que nous ne pouvons qu’admirer GARO PAYLAN et son courage politique, il assume des risques physiques réels. Souvenez-vous de ce qui est arrivé à H. Dink une colombe de la paix et du dialogue … Soutenons le au moins moralement

Obama ne mérite guère son prix Nobel, tout comme Israel il continue à ne pas reconnaitre le Génocide des Arméniens. En revanche, réjouissons nous du fait que, au Canada, sous la houlette de Justin Trudeau, le Sénat et la « House of Commune » ont adopté une résolution reconnaissant le génocide. De même le Parlement de Sicile, un des plus vieux du monde, fondé en 1097, a reconnu les Génocide des Arméniens le 21 avril 2016. C’est la 105ème structure régionale italienne à le reconnaitre, le parlement italien a reconnu le Génocide en l’an 2000. Pour l’anecdote, souvenons-nous que le premier pays à avoir reconnu le Génocide a été l’Uruguay en 1965.

Professeur G. SIRKEGI
24 avril 2016