GENOCIDE 1915-2015………….  2115 ?
Ugur Umit Ungor est maître de conférences au Département d’Histoire à l’Université d’Utrecht et à l’Institut de la Guerre, de l’Holocauste et des Études sur le Génocide d’Amsterdam. Il est l’auteur de Confiscation and Destruction : The Young Turk Seizure of Armenian Property (Continuum, 2011) [Confiscation et destruction : la saisie jeune turque des biens arméniens (éditions Continuum, 2011)] et du livre primé The Making of Modern Turkey : Nation and State in Eastern Anatolia, 1913-1950 (Oxford University Press, 2011) [La Formation de la Turquie Moderne : Nation et État en Anatolie de l’Est 1913-1950 (éditions Oxford University Press, 2011]. Dans une conférence publiée sur Youtube.com https://www.youtube.com/watch ?v=y6_InAhUmmM il expose les huit phases du Génocide de 1915-1923. Il y présente des documents dont l’authenticité est indéniable. Il montre ainsi le plan secret de la Turquie des Jeunes Turcs pour exterminer les Arméniens, les déposséder de leurs biens immobiliers, de leurs biens meubles ainsi que de leurs terres ancestrales de l’Arménie Occidentale .Le texte ci-dessous résume un article en anglais de Appo Jabarian publié sur le site USA Armenian Life Magazine, mise en ligne sur le site Nouvelles d'Arménie Magazine le 28 mai 2013, traduit par Gilbert Béguian.Selon lui le Génocide est caractérisé par un ensemble de politiques de destruction, il en  dégage huit au minimum.1) La première phase élimine les Arméniens de la bureaucratie turque. Elle débute dès le début de l’hiver 1914, Talaat Pacha a chassé les serviteurs civils de l’Empire ottoman (fonctionnaires, pompiers, enseignants - du primaire et secondaire…). Tous ont été chassés “.2) Deuxième phase : décapitation totale de l’élite arménienne en commençant par Constantinople 24 avril 1915 puis dans les provinces. « …Il y avait des listes des hommes qu’il fallait arrêter et exécuter, et bien sûr, ces listes ont été par la suite retournées à Constantinople pour être corroborées. En quelques semaines, l’ensemble de l’élite de la communauté arménienne de l’Empire - intelligentsia culturelle ; intelligentsia économique ; intelligentsia religieuse ont été détruites “. Tout a été très rapide. L’essence du génocide a été de « réduire les gens à leur identité ethnique ».3) « La troisième phase a été décrétée par les déportations. Le 23 mai, un mois exactement après les arrestations massives de l’élite, Talaat Pacha a donné l’ordre de déportation des Arméniens, dans leur totalité, vers les déserts de Syrie de Deir-ez-Zor. »  Il a retrouvé le document original dans les archives ottomanes c’est « un ordre génocidaire pour la déportation totale de la population civile dans le désert ».4) « La quatrième phase a été le processus de dépossession. Entre mai et novembre 1915, Talaat Pacha a pris quatre décrets présentés comme des lois ». Ce qu’ils n’étaient évidemment pas.  Il a commencé par un ordre de déportation et l’ordre initial qui concernait la déportation de tous les Arméniens comportait une disposition selon laquelle les Arméniens pouvaient prendre avec eux tout ce qu’ils désiraient. Ensuite, les nouveaux décrets sont revenus sur cette politique. En juin 1915, le gouvernement créa les Commissions Des Biens Abandonnés et celles-ci étaient en fait des organisations conçues pour s’approprier l’économie arménienne. En une seule décision, toutes les propriétés étaient officiellement cédées ou transférées au gouvernement. Les archives ottomanes d’Istanbul renferment les correspondances entres les trois Ministères : de l’Intérieur, des Finances, de la Justice, qui étaient chargés de l’organiser.5) “ La cinquième phase a été le massacre. Depuis l’été de 1915 et par la suite, les unités spéciales (Tashkilat al Mahsusa) ont commencé les assassinats de civils arméniens à travers l’Empire. Sur une photo qui se trouvait dans les archives du Gouvernement ottoman, et prise devant le Ministère de la guerre à Constantinople l’auteur a constaté que tous portaient le même uniforme. Dès lors il est impossible au gouvernement de dire qu’il n’avait rien à voir avec tout cela6) “ La sixième phase du Génocide a été l’assimilation forcée. L’absorption des femmes et des enfants dans les foyers turcs. Cela est tout aussi important dans le processus génocidaire parce que c’est une atteinte à l’identité culturelle de personnes. En faisant en sorte que les gens ne puissent se reproduire ; qu’ils ne puissent perpétuer leur identité. C’est une atteinte à l’idée abstraite de culture empreinte dans ces personnes. C’est cela l’essence de ce qu’est un génocide. Les hommes ont été séparés des femmes. Les enfants ont été séparés de leurs parents, brisant les liens les plus essentiels des êtres humains “.7) La septième phase du Génocide est le crime de famine. « Commencée en 1916 sur ceux des Arméniens qui étaient conduits forcés à Deir-ez- Zor et poussés dans des zones de famine artificiellement créées ». Les soldats turcs interdisaient que du pain parvienne aux Arméniens alors que les personnes turques qui vivaient à Deir-ez-Zor en recevaient. 8) “ La phase finale du génocide est l’attaque sur la culture matérielle et l’architecture ». Elle se traduit à partir de 1915, et durant une bonne partie des années 1920, par une politique continue de destruction des églises et des monastères par le gouvernement turc. Parlant globalement des huit phases du processus, il a dit : « Dans leur ensemble et uniquement dans leur ensemble, elles constituent un processus de destruction. Vers la fin de la guerre il y avait quelques 2 900 localités qui avaient été dépeuplées d’à peu près un million d’Arméniens parce qu’ils étaient morts. ».
UGUR UMIT UNGOR REVELES LES HUIT PHASES DU GENOCIDE DE 1915-1923