GENOCIDE 1915-2015………….  2115 ?
                                                                               SEYFO Ce mot, qui signifie « épée » en assyrien, est le nom donné au génocide de 1915, par les Assyriens, en effet, on l’oublie parfois, mais ils aussi ont été victimes du Génocide de 1915. Qui sont-ils ? Connus sous divers noms (Assyriens, Chaldéens, Assouris, Araméens, Maronites, Melkites, Jacobites et Nestoriens), ils seraient  les enfants d’un seul et même peuple vivant depuis 6000 ans en Mésopotamie et qui  parlent la même langue l’assyrien occidental et oriental.Bien que  l’article 37-44 du traité de Lausanne (1923), s’applique à tous les non-musulmans Mustapha Kemal et ses successeurs l’ont ignoré volontairement considérant les Assyriens  comme leurs ennemis jurés. Ils n’ont donc pas eu d’écoles, le fait n’est pas anodin car cette absence « a condamné la société  assyrienne à rester analphabète, sous développée, avec des valeurs féodales » selon F. Kerimo. Récemment une décision de justice, et non pas  une décision du gouvernement, a autorisé l’ouverture d’écoles, mais il manque d’instituteurs formés.  Le peuple assyrien a été tué à l'épée en 1915, d’où le nom « SEYFO ». Des centaines de milliers de femmes, hommes, enfants, jeunes et personnes âgées ont été sauvagement massacrés. Ils ont été déportés en Syrie, au Caucase, au Liban, en Iran et en Irak, ont été "islamisés", leurs biens ont été confisqués, leurs églises ont été détruites et brûlées. Les hommes (y compris les garçons) ont été soit massacrés sur place, soit ont été assassinés ou ont perdu leur vie à cause de la famine, de la maladie lors de la déportation vers Deir ez-Zor. Les femmes ont été violées, les jeunes filles kidnappées et mariées de force, elles ont été forcées à être servantes — en fait des esclaves — pour des hommes turcs, kurdes, arabes, iraniens ou azéris. Tout cela n'a pas suffi, les archives millénaires des églises ont été détruites. Ceux qui ont massacré les Assyriens ont coupé les têtes, ont violé, brûlé et détruit en lançant des "Allah Akbar". Comme pour les Arméniens, le génocide ne s’est pas limité à 1915 et a continué sous d'autres formes (la campagne de "Parle le turc", la loi sur les noms de famille, l'impôt sur la fortune etc.) au cours du 20ème siècle structure sociale a été fracturée, que ce soit du point de vue culturel ou  matériel, les lieux d’habitation ont été rasés. Une forme d’accumulation intellectuelle s’était développée à partir de la seconde moitié du 19ème siècle. Des intellectuels ont alors publié des journaux, suscité des débats et des rencontres. Une Unité nationale était sur le point d’émerger « ils étaient peut-être très proches de la création d'une "mère-patrie pour les Assyriens" », (F Kerimo). Comme pour les Arméniens là encore les « leader » ont été tués ou déportés conduisant à un désespoir d’avenir de la population.Ces dernières années les turcs ont « découvert » les Assyriens, 2000 vivent à Midyat, 10 à 15 000 à Istanbul. Ils ne représentent plus de "danger potentiel", ni de point de vue démographique, ni politique, en conséquence les Assyriens et leurs villes (les régions de Mardin et de Midyat) sont désormais utilisés comme une "attraction touristique". En somme ce sont les « réserves d’Indien » de la République Turque qui, après les avoir détruits, spoliés, en font une vitrine preuve de la « tolérance » et la « démocratie » de cet état.Ce passé est en train de ressurgir, les Chrétiens d’Orient sont islamisés, crucifiés, égorgés ou, au mieux, contraints à l’exil sous le regard indifférent de nos sociétés. Honte sur nous ! Le berceau de la chrétienté disparait et nous ne faisons rien. Quant à la Turquie elle est complice, on l’a vu, mais nos médias bien-pensants se gardent bien de l’évoquer. Il faut dire que les articles qui plaisent à l’état turc sont bien rémunérés dit-on. Il n’en reste pas moins des lobbies très actifs pour faire entrer dans l’Europe cette Turquie, qui se voile de plus en plus, ignorants qu’ils sont de l’histoire et obnubilés par des ouvertures économiques qu’ils n’obtiendront pas. Tout ceci est parfaitement lamentable.                                                                                                                                                   G. SIRKEGI 07/09/201